Une Incursion

Composition du territoire cartographique des lignes arrières du val de Ferpècle: 

Les Haudères
Praz Do Lauc
Le Plan Dò Beu
La Forclaz
La Tènda
Le Légerèt
Lè brounes Saulèes 
Lièfranc  
Sepéc

Prafloric  
Renoillin  
Les Salays

Ferpècle
Route de 6m (>6m) revêtement dur
Route de 4m (>4m) revêtement dur
Route de 3m (>3m) revêtement dur
Barrière
Téléski
Bâtiment 
Auberge isolée

Clocher / tour sacrée 
Chapelle 
Tour

Oratoire
Pare-avalanches
Terrain de sport
Grande antenne émettrice
Ligne électrique à haute tension
Bassin 
Alimentation en eau

Barrage
Cimetière
Verger
Cours d’eau
Zone humide
Pont
Barrage de régulation
Courbes directrices
Courbes de niveau
Points côtés
Talus, talus de pierre
Rocher, bloc de rocher, pierrier
Forêt
Forêt clairsemée
Buissons
Arbre isolé, bosquet, haie 
Localité de 1000 à 2000 habitants

Localité de moins de 50 habitants 
Lieux dits

Ici vaches et êtres humains se partagent ce paysage bucolique Valaisan. Au centre du tableau un tapis roulant, le torrent de la Borgne de Ferpécle, évacue les restes d’un drame qui se joue en amont. 

1826 mètres, fin de la route, voiture sous les arbres, 8h30, 22 juillet 2019, beau temps. A cet étage subalpin, l’atmosphère est aux préparatifs d’ascension pour les marcheurs qui, en  partie, ont dormi, soit dans leur voiture, soit sous tente. La plupart iront vers le refuge de Bricola et le glacier de la Dent Blanche. Pour ma part je vais vers celui du mont Miné, plus près, moins haut, moins spectaculaire, plus de temps à passer à son chevet. Séparation des troupes en aval du barrage. La végétation dense indique une colonisation déjà bien établie, lors de la seconde guerre mondiale le glacier y tenait ses positions. Le viridis a supplanté l’alba, pour un bon moment.

Flanqué de ses deux tranchés glacières, le pic de 2798 mètres, avant garde de la chaine du mont Miné, fonctionne comme un panoptique. Une Surveillance sans fin de l’évolution de la ligne de front. Il y a 23000 ans la glace l’érodait autour des 2500 mètres d’altitude, plusieurs milliers d’années passent, les forets vinrent l’encercler à plus de 2000 m. S’en suit un petit âge glaciaire du XIV siècle jusqu’en 1850 restaurant l’emprise glaciale à cette même altitude, depuis cette date, le déclin. 

En 2019 cette partie de paysage se nome zone de combat, d’un coté la vie, de l’autre la tectonique des plaques, invasion pour l’un, technique de la terre brûlée pour l’autre. Ecologie et géopolitique, peu de différences ici, tout est question de coalitions complexes où chacun y trouvera son intérêt. Glace, minéral, végétal, eau qui fait alliance avec qui ? Le vent, lui, semble survoler le conflit. 

Sur les bas côtés du chemin, carcasses de rochers usés, écrasés et fracturés par la glace s’abandonnent aux plantes et arbrisseaux, tandis que le torrent libère en permanence ses décibels liquides. La végétation régresse, le champ visuel s’ouvre et une plaine alluviale forme un lac pro-glaciaire. Des monolithes isolés, déposés sur des graviers, des limons et des sables alpins, mènent au cœur de la conflagration. Tout cet assemblage d’éléments me renvoie aux photographies des missions lunaires Apollo. Actuellement nous, êtres humain, y venons pour des relevés scientifiques, des photos touristiques, prendre l’air et se ressourcer. 

La progression se fera à vue vers le front glaciaire, dans un dédale abrupte de restes morainiques rythmés par quelques cairns et marquages à la bombe fluorescente des différentes positions du glacier de ces dernières années. Le constat est sévère, les deux décennies passées ont été un « blitzkrieg ».

La confrontation au glacier se passe dans une pente escarpée, les débris rocheux qui le recouvrent, glissent ou s’effondrent avec incertitude. Je garde mes distances face à lui. Cette masse en mouvement imperceptible relâche par son portail les fracas de ses écoulements. Des eaux provenant de tout son être, inter-glaciaires, juxta-glaciaires, supra-glaciaires, marginales. Elles proviennent de loin, de ses entrailles, là-bas, derrière les séracs, à plusieurs centaines de mètres, voir kilomètres. Lui glisse et flue de sa zone d’accumulation vers l’affrontement. Sa puissance est palpable, visible. Sa fragilité aveugle, un kamikaze. Il fond sur ses adversaires. Sait il au moins qu’un autre, plus fourbe que ceux qu’il combat, l’assène d’un coup de poignard dans le dos ? Je bas en retraite empli de questions sur son fonctionnement, sa structure, son passé, la géologie qui l’entoure. Oiseau, serait une fabuleuse expérience pour approcher au plus près de l’inaccessible. 

Lors de la descente je prends le temps d’observer les plantes rudérales et colonisatrices qui partent à l’assaut de ces déclivités. Impatientes, elles s’installent coûte que coûte dans le lit glaciaire fraîchement abandonné. Ces éclaireuses, scouts, combattantes se nomment :

Alnus Viridis 
Androsace Vandellii

Betula Pendula 
Campanula Rotundifolia

Hieracium Staticfolium  
Festuca Alpina Suter

Gypsophila Repens
Leucanthemopsis Alpina
Linaria Alpina
Rumex Scutatus
Salix Helvetica  
Saxifraga Aizoides
Trifolium Repens  
Tussilago Farfara 
et d’autres…

Leurs forces ? Le soleil, l’eau, le substrat et une furieuse envie de vivre. Des machines de guerre. On dit, la nature à horreur du vide, alors de quoi donc est composé les neufs dixièmes de l’univers, où gaz, minéraux, glaces, corps célestes,… gravitent. C’est le trou noir, l’inconnu! Comme la vie sur terre qui n’a pu apparaître que par la présence d’une matière aux multiples facettes, l’Eau. 

Je tente d’aller au glacier de Ferpècle. Abandon dans l’ascension, trop tard, trop loin, trop escarpé. Retour dans les arrière-lignes, vers d’autres dissensions. 

 

                                                                                                                    

Une Incursion Ferpecle Frederic Fourdinier 4
1
Une Incursion Ferpecle Frederic Fourdinier 5
3
Uneincursion Photos Frederic Fourdinier 10.jpg 10
3
Uneincursion Photos Frederic Fourdinier 10.jpg 9
3
Une Incursion Ferpecle Frederic Fourdinier 1
2
Une Incursion Ferpecle Frederic Fourdinier 2
2
Une Incursion Ferpecle Frederic Fourdinier 6
3
Une Incursion Ferpecle Frederic Fourdinier 3
1

Frédéric Fourdinier

Texte 2020

(1) Photographies noir et blanc 2019 – argentique
  Ikonta Zeiss Ikon 520 2 – 6×9 -1930 / focal 105mm / ilford HP5+

(2) Photographie noir et blanc 2019 – argentique 
Canon EOS 100 / focal 50mm /ilford FHP5+

(3) photographie couleur 2021 – argentique
Olympus XA2 / focal 35 mm / kodak image pro 100